Compte-rendu du forum ouvert numérique

Comment le numérique peut m’aider à m’impliquer localement ?

Depuis plusieurs années, de nombreux citoyens se sont emparés d’Internet pour connecter les volontés d’agir. Ils ont montré à plusieurs reprises le potentiel de mobilisation du Web. Les outils interactifs et collaboratifs donnent ainsi un autre pouvoir au numérique : celui de fédérer, organiser et/ou concrétiser des alternatives citoyennes.

Ayant fait le constat de cette tendance, La Semaine Numérique a souhaité approfondir la question en la désignant comme son thème transversal pour l’édition 2017. Les organisateurs locaux ont été invités à s’ inspirer des différentes initiatives, partagées notamment sur le site web et la page Facebook, dans leurs activités.
Un événement de clôture proposait de les réunir pour une rencontre autour de cette question : « Comment le numérique peut-il aider des citoyens à s’impliquer, participer activement, s’engager dans la société et ses prises de décisions politiques au niveau communal ? »

Sept ateliers symptomatiques

La rencontre s’est tenue le vendredi 27 octobre 2017 au PointCulture Namur. Des dizaines de citoyens, porteurs de projets numériques ou non, engagés dans la société civile ou politique, ont participé à un forum ouvert pour dégager des pistes, des idées, des réflexions sur la démocratie numérique.

Les choix des sujets discutés ce soir-là représentent assez bien les différents enjeux en présence :

  • Un lien entre le politique et le citoyen
  • Mobiliser le public par le numérique
  • A quoi ça sert ?
  • Les nouvelles technologies
  • Anti-ubérisation
  • L’accès à la démocratie
  • Les inégalités numériques

Les préoccupations des participants se tournaient majoritairement vers l’accès au numérique comme à la démocratie. Une problématique assez proche finalement de La Semaine Numérique qui a toujours soutenu une approche démocratique d’Internet. Car pour pouvoir agir, il faut d’abord comprendre ce qui se cache derrière les nouvelles technologies ; apprendre à s’en servir pour ensuite pouvoir s’en servir librement.

Si les citoyens présents s’accordaient sur le fait qu’ils étaient déjà d’une manière ou d’une autre tous impliqués dans la thématique, ils ont regretté l’absence d’un côté de plusieurs représentants politiques et d’un autre de personnes éloignées de ce milieu. Cependant, l’homogénéité a permis d’aller plus loin dans l’échange des propos par cette connaissance partagée.

Premières idées

Durant le forum ouvert, des community managers se chargeaient de publier sur Twitter et sur le site web de La Semaine Numérique les questions qui émergeaient, des phrases pertinentes ou des pistes de solutions.

Un hashtag était attribué à chaque sujet, afin de permettre à des citoyens qui n’ont pu se rendre physiquement à Namur de participer à distance aux débats.

A la fin de chaque atelier, les participants étaient invités à synthétiser leurs réflexions en trois post-it virtuels sur un tableau collaboratif en ligne. En voici la retranscription :

  • Elite citoyenne contre populisme
  • Immédiateté contre délibération, co-construction
  • Transparence, information pour tous avant le fait accompli
  • Importance de l’éducation politique et numérique
  • Importance de l’utilisation des codes / interface simple et intuitive
  • Les modèles numériques de résolution de problème ne sont pas forcément applicables à la délibération politique et citoyenne.
  • La solution : le site Accropolis ?
  • Prévoir du temps des politiques pour des interventions citoyennes électroniques.
  • Le numérique est-il un facilitateur ?
  • Borne intégrée dans l’espace public
  • Mettre la technologie là où se trouve le citoyen (importance du lieu)
  • Mise en débat collective des idées projetées dans l’espace public
  • A qui profite le travail ?
  • Implication dans la gouvernance
  • Est-ce que le travail c’est de l’argent ? Le problème serait l’argent ?
  • La fracture numérique reste présente
  • Qui peut réellement jouer le rôle de médiateur ?
  • Comment informer les médiateurs ?
  • Le numérique n’efface pas les inégalités mais les déplace
  • Donner aux citoyens la capacité d’agir ce n’est pas leur donner la motivation
  • Le numérique n’est pas une fin mais un moyen parmi d’autres

Le numérique permettrait-il de rapprocher le politique du citoyen ? Bien que les participants se positionnent plutôt en faveur du numérique, ils pointent une série de freins intrinsèques à son utilisation démocratique. Le forum ouvert leur a permis de prendre du recul sur les problématiques pour entrevoir des opportunités prometteuses.

Un nouveau rôle politique

La rencontre s’est achevée par une mise en commun des conclusions. La Semaine Numérique n’avait en effet pas pour intention de rédiger des recommandations aux pouvoirs locaux en vue des élections, mais bien de les informer sur les possibilités citoyennes qu’offre aujourd’hui Internet. D’ouvrir le débat sur le débat.

Car pourquoi vouloir faire participer les citoyens ? S’agit-il d’office d’un clivage entre conforter le système en place ou le balayer ? Quel est le sens collectif que peuvent apporter ces nouvelles technologies à la participation ?

Il est apparu assez clairement que le numérique remet en question le rôle de l’élu tel qu’il existe actuellement dans notre modèle de démocratie représentative. Il propose de le réinventer non pas en décideur mais en animateur du débat politique.

Le numérique devient aussi un facilitateur, en permettant une transparence des débats, diffusés en temps réel et soutenus par une médiation continuelle en ligne.

Enfin, le numérique s’avère un outil efficace pour réinjecter de la participation citoyenne entre deux élections, et réduire les inégalités dans la prise des décisions.

La Semaine Numérique remercie tous les participants pour leurs échanges nourris et constructifs.

Organisateurs

  • Média Animation
  • Point Culture

Partenaires

  • LINC
  • mediawijs
  • cultuurconnect

Collaborations

  • RTBF
  • Digitale Week

Soutiens

  • FWB
  • FWB
  • B-bico